Faust, mai 2019

 

La jeune soprano française, Chloé Chaume - dont la voix s'est considérablement élargie depuis la dernière fois que nous l'avons entendue - couple justesse d'intonation et sens du style. Impeccable dans les vocalises, elle trouve de touchants accents dans les passages lyriques, le duo d'amour surtout, culminant dans un cinquième acte captivant. Une artiste attachante à suivre de près! 

Emmanuel Andrieu pour Opera-Online

 

 

Faust, mai 2019

 

 Au milieu de ce spectacle éclôt une bien jolie fleur : la Marguerite incarnée par la jeune soprano française Chloé Chaume. Une voix et une présence pleines de fraîcheur. C'est la belle découverte de la soirée. 

André Peyregne pour Nice Matin

 

 

Faust, mai 2019

 

 Depuis Reims et Metz, Chloé Chaume, continue d'affirmer ses moyens de soprano lyrique en Marguerite. Sans perdre de sa légèreté ou sourtout de sa luminosité, sa voix semble franchir une nouvelle étape, plus assurée, plus vibrante, plus riche de couleurs, et surtout désormais plus large. L'aigu peut encore s'assouplir, mais le mezza voce apparait maîtrisé. L'air des Bijoux ou l'intervention finale Anges purs, Anges radieux apportent la preuve indéniable de ces avancées dans le rôle comme dans cette production. 

José Pons pour Olyrix

 

 

Faust, janvier 2019

 

 Chloé Chaume, remplaçant au pied levé Anne-Catherine Gillet souffrante, donne une enthousiasmante Marguerite, tout en grâce et en fraicheur, offrant un timbre altier et séduisant. Voir en Marguerite une ravissante  jeune femme ayant l'âge du rôle et chantant bien plutôt qu'une matrone est particulièrement appréciable et peu courant à l'opéra. 

Romaric Gergorin pour Online Postap Mag

 

 

Faust, janvier 2019

 

‶ Remplaçant au pied levé Anne-Catherine Gillet souffrante, Chloé Chaume réussit la gageure de se glisser dans la production, sans répétitions. Au-delà des aléas du théâtre invisibles à l'oreille, et peu perceptibles par le spectateur, la soprano française, qui affectionne particulièrement la Marguerite de Faust, qu'elle inscrit à une place privilégiée dans son répertoire, affirme une assurance croissante au fil de la soirée qui met en valeur une santé vocale attentive au sentiment et à la couleur, juqu'à une saisissante scène de la prison.  

Gilles Charlassier pour Toute La Culture

 

 

Faust, octobre 2018

 

 Pour sa prise de rôle, la soprano Chloé Chaume incarne Marguerite avec fraîcheur. L'articulation de l'air des bijoux est précise, les envolées éclatantes, avec la juste dose d'insouciance et de candeur de la jeune fille en extase devant les parures. Sur une balançoire, enceinte de Faust, elle livre son désespoir en un excellent jeu de scène, regard travaillé et gestuelle minutieuse.

                                                                                       

                                                                         Ôlyrix

 

 

 

 

 

 Marguerite est inacarnée par la soprano Chloé Chaume, laquelle fait valoir un instrument ductile et agréablement timbré. La jeune cantatrice, pleinement investie dans ce rôle écrasant, sait économiser sa voix et parvient sans encombres jusqu'à la redoutable scène finale. 

                                                                                    

                                                                       Resmusica

 

 

 

 

Récital de l'Académie de Chant Français de Michel Plasson, juillet 2015

 

“Enfin notre coup de coeur va à Chloé Chaume : précision de l’émission, clarté du timbre, densité des harmoniques, diction affutée, et élégance ; certes Micaëla n’est pas le personnage le plus profond du répertoire mais son « Je dis que rien ne m’épouvante » redoutable sans en avoir l’air, pousse beaucoup de chanteuses à se contenter de jouer les oies blanches pour ne pas déraper. Or ce soir il nous a semblé entendre une Micaëla plus combative que d’habitude.”

 

                                                      Guillaume Saintagne pour Forumopera.com

 

 

 

“Chloé Chaume est une artiste racée promise au plus bel avenir tant elle brille par sa voix argentée, claire et prenante, son sens des mots, sa sincérité et sa ferveur.”

                                                                                                                                                 

                                           Jérôme Pesqué pour ODB-opera

 

 

 

 

 

 

Suor Angelica, mars 2015

 

Saluons aussi les excellentes « petites sœurs » avec une mention spéciale pour la voix pleine de fraîcheur de Chloé Chaume (Sœur Osmina).″

                                     Emmanuel Andrieu pour Opera Online 

 

 

Carmen, janvier 2014

 

 Parmi les seconds rôles, nous signalerons enfin [...] les deux séduisantes bohémiennes de Chloé Chaume et Albane Carrère, déjà remarquées ici respectivement dans L’Aiglon et Don Giovanni.″

                                   

                                    Vincent Deloge pour ResMusica 

 

 

 ... Frasquita percutante de Chloé Chaume.″

                                              

                                                      Antoine Brunetto pour Forumopera.com

 

 

 Superbe scène du jeu de cartes incantatoire et mystérieux de Chloé Chaume en Frasquita... ″

                                     

                                                     Michel le Naour pour Concertclassic.com

 

 

 On retiendra la Frasquita de Chloé Chaume séduisante en diable ″

                                           

                                   Emmanuel Andrieu pourOpera Online 

 

 

 Parmi des seconds rôles efficaces, nous retiendrons en particulier la Frasquita sonore de Chloé Chaume.″                                                                                                                                                                                                               

                                 

                                   Nicolas Grienenberger pour Classiquenews.com 

 

 

Passionnément, décembre 2013

 

  Chloé Chaume incarne une Julia fraîche et piquante avec ses jeux de mots faussement ingénus – son texte leste constitue une merveille de grivoiserie de bon ton.″

                                                                                             

                                                                      Gilles Charlassier pour  ConcertoNet.com

 

 

 Chloé Chaume, que nous avions déjà beaucoup appréciée, la saison dernière, dans L'Aiglon, fait un pas de plus dans le métier, dans un rôle à la limite de la fantaisiste, mais ici, renouvelé par l'agrément d'un chant très soigné et d'un jeu moderne.″

                                               Opérette Magazine

 

 

 

L'Aiglon, mai 2013

 

“... la tendre Thérèse de Chloé Chaume.”

                                               La Nouvelle République

 

“... la Thérèse ample et sensible de Chloé Chaume.”

                                               Classiquenews.com

 

“ Chloé Chaume convainc dans une Thérèse de Lorget très musicale.”

                                                    Opérette Théâtre musical